5 questions fondamentales …que personne ne se pose (sauf un certain Pierre R. ;)

  • Comment se fait-il que l’humanité, en dépit de ressources planétaires suffisantes et de ses prouesses technologiques sans précédent, ne parvienne pas à faire en sorte que chaque être humain puisse se nourrir, se vêtir, s’abriter, se soigner et développer les potentialités nécessaires à son accomplissement ?
  • Comment se fait-il que la moitié du genre humain, constituée par le monde féminin, soit toujours subordonnée à l’arbitraire d’un masculin outrancier et violent ?
  • Comment se fait-il que le monde animal, à savoir les créatures compagnes de notre destin et auxquelles nous devons même notre propre survie à travers l’histoire, soit ravalé dans notre société d’hyperconsomation à des masses ou à des fabriques de protéines ?
  • Comment les mammifères bipèdes auxquels j’appartiens ont-ils pu se croire le droit d’exercer d’innombrables exactions sur le monde animal, domestique ou sauvage ?
  • Comment se fait-il que nous n’ayons pas pris conscience de la valeur inestimable de notre petite planète, seule oasis de vie au sein d’un désert sidéral infini, et que nous ne cessions de la piller, de la polluer, de la détruire aveuglément au lieu d’en prendre soin et d’y construire la paix et la concorde entre les peuples ?

Ces questions qui demeurent à ce jour sans réponse mettent en évidence la faillite de notre conscience et l’obscurantisme dans lequel nous évoluons en dépit de nos connaissances. Nous restons enlisés dans un profond et immense malentendu. Et je me demande si nous ne confondons pas nos aptitudes, qui nous permettent tant de performances pour le meilleur et pour le pire, avec l’intelligence qui devrait éclairer nos actes et nous aider à construire un monde différent… Ces constats obligent à se demander si l’humanité est encore en mesure d’orienter son destin vers l’indispensable humanisation, à savoir la construction du monde avec ce qu’elle a de meilleur pour éviter le désastre du pire. Cette question se pose à la conscience de chacun d’entre nous. Et en dehors des grandes décisions politiques que les États doivent prendre et pour lesquelles nous devons militer, il nous appartient également à titre individuel de faire tout ce que nous pouvons dans notre sphère privée et intime, comme nous l’enseigne la légende amérindienne du colibri *

*La part du Colibri : Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés et atterrés observaient, impuissants, le désastre. Seul le petit colibri s’active, allant chercher quelques gouttes d’eau dans son bec pour les jeter sur le feu. Au bout d’un moment, le tatou, agacé par ses agissements dérisoires, lui dit : «Colibri ! Tu n’es pas fou? Tu crois que c’est avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu?» «Je le sais, répond le colibri, mais je fais ma part. »

Telle est notre responsabilité à l’égard du monde car nous ne sommes pas totalement impuissants si nous le décidons.

La part du Colibri / Pierre Rabhi

Pour ceux qui ne connaissent pas encore MONSIEUR Pierre, voici un beau doc sur l’animal !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *