Grossss révélation: on est tous ultra…transformés ( & manipulés ) !!

 « Le plus beau cadeau que vous puissiez vous faire est celui de votre propre transformation. » – Lao Tseu

J’ai eu la chance de discuter avec un éclaireur iconoclaste et avant gardiste…le  Dr Anthony Fardet, chargé de recherches à l’INRA en nutrition humaine . Son domaine de recherche c’est la nutrition préventive et holistique svp…ce qu’il nous révèle est passionnant ! Dans son livre, il dénonce en effet la place grandissante des faux aliments, ultra transformés, reconstitués et leur impact dramatique sur la santé.

 


Les produits ultra-transformés sont omniprésents dans notre quotidien et la multiplication de maladies chroniques telles que le diabète et l’obésité inquiète. L’alimentation préventive est justement considérée comme un levier puissant pour prévenir des maladies chroniques. Qu’en est-il exactement ? Comment faire pour vivre le plus  longtemps possible en bonne santé ? Et si tout le monde se met à consommer plus de fruits, légumes ou de poissons, cela est-il compatible avec la protection de l’environnement ou le bien-être animal ? Autant d’interrogations et sujets qu’aborde Anthony Fardet en partageant le résultat de ses recherches. Il vous fera également part de recommandations importantes telles que les 3 règles d’or pour une alimentation préventive saine, durable et éthique.  Venez découvrir vers quels modèles nous pourrions tendre pour une nouvelle alimentation humaine préventive plus éthique…

« Longtemps négligée par les nutritionnistes, la transformation des aliments par l’industrie agro-alimentaire joue un rôle certain dans l’épidémie de maladies chroniques », prévient le Dr Anthony Fardet, auteur de « Mangeons Vrai ».  Dans ce livre, il dénonce la place grandissante des faux aliments, ultra transformés, reconstitués et leur impact dramatique sur la santé.

Qu’est-ce qu’un « faux aliment » ?

La technologie alimentaire moderne permet de fractionner les aliments et d’en isoler les composants. Ces composants servent d’ingrédients aux industriels qui les recombinent en y ajoutant sel, matières grasses, sucres simples et de nombreux additifs. Le rôle des additifs est de redonner artificiellement le goût, la couleur et la texture perdus lors du fractionnement.

Voilà pourquoi on parle de « faux aliments ». Ce livre vous aide à les identifier à partir d’exemples et de critères concrets.

Nous sommes tous concerné(e)…

Plus de 80% des aliments vendus au supermarché sont de « faux aliments ». Dans certains rayons, c’est même 100%, comme l’a révélé une enquête de LaNutrition.fr. Donc quand vous mettez des produits manufacturés (y compris bio) dans votre caddy, il y a de grandes chances que vous rameniez chez vous des aliments indésirables.

Faux aliments et vrais aliments : pas le même effet sur la santé

Anthony Fardet montre la différence entre faux aliments et vrais aliments. Par exemple, un pain fait de farine blanche à laquelle on ajoute du son (faux aliment) fait davantage monter la glycémie qu’un pain fait de farine intégrale (vrai aliment). Il est moins rassasiant et fait plus monter le sucre sanguin. Pourtant les constituants, pris isolément sont les mêmes ! « Un aliment, ce n’est pas qu’un assemblage de nutriments, c’est un tout.Et le tout vaut mieux que les parties. »

Les études internationales soulignent la responsabilité écrasante des faux aliments dans l’épidémie de maladies chroniques. 

Un problème négligé

Anthony Fardet montre dans son livre que la recherche en nutrition, en se concentrant sur le rôle des graisses, des glucides ou des vitamines sur la santé a jusqu’ici sous-estimé, voire négligé, l’impact de la transformation des aliments. Ce qui peut être résumé ainsi : plus un aliment est transformé (fractionné-recombiné), plus il est susceptible d’avoir un effet néfaste sur la santé.

Il faut revoir les recommandations nutritionnelles

Les recommandations des pouvoirs publics sont basées sur une approche réductionniste de l’alimentation. Anthony Fardet montre qu’en se focalisant sur les graisses ou le sucre ou sur des groupes d’aliments, elles font en réalité le jeu des « faux aliments » et sont impuissantes à enrayer les maladies chroniques : obésité, diabète continuent de progresser.

Pour être efficaces, elles devraient se baser sur une approche holistique de l’alimentation, et donner des repères de consommation en fonction du degré de transformation des aliments (le seul à faire sens du point de vue de la santé).

Version longue:

Exemple dramatique de nos non choix…

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *