10 chiffres (vraiment) dingues sur notre « alimentation »…

« Si une civilisation survient après celle des humains, les traces qui resteront de notre présence seront le plastique, la radioactivité liée aux essais nucléaires, et des… os de poulet.

Raj   Patel

Ce sont des chiffres que l’on peine à croire et vous n’allez plus regarder votre assiette après comme avant…
Seulement 1,1 % des terres agricoles dans le monde sont bio !!??

C’est un secteur en pleine expansion mais il est encore loin d’être la norme. Selon l’Agence bio, en 2015, la surface agricole suivant le mode biologique représentait seulement 1,1 % des terres agricoles mondiales. En France, en 2017, l’agriculture bio représentait 6,6 % de la surface agricole utile.

60 % des mammifères terrestres sont du bétail (destiné à être consommé donc) soit 65 Milliards d’animaux par an (tous les ans !)

Aujourd’hui, parmi tous les mammifères, seuls 4 % sont des animaux sauvages. 36 % sont des êtres humains et 60 % sont représentés par du bétail, essentiellement des bovins et du porc. C’est l’une des données de l’étude sur la distribution de la biomasse sur la Terre, publiée dans la revue PNAS.

70 % des oiseaux sont de la volaille d’élevage …et 68 % de la production d’oeuf en France est issu de l’élevage en batterie.

Selon une étude publiée dans la revue PNAS en mai 2018, seuls 30 % des oiseaux sont aujourd’hui sauvages, le reste est représenté par la volaille d’élevage. « C’est assez incroyable. Dans les films sur la nature, nous voyons des espèces d’oiseaux de toutes sortes en grandes quantités, mais lorsque nous avons réalisé notre enquête, nous avons découvert qu’il y avait beaucoup plus d’oiseaux domestiques », a expliqué au Guardian le professeur Ron Milo, coauteur de l’étude.

75 % de l’alimentation mondiale basée sur douze plantes et cinq espèces animales

En mars 2018, l’ONG Agronomes et vétérinaires sans frontières (AFSV) tirait la sonnette d’alarme. Selon elle, 75 % de notre alimentation est assurée par seulement douze plantes et cinq espèces animales. L’organisation assure qu’entre 1900 et 2000, 75 % des variétés comestibles ont disparu.

22 à 37 % : la part de l’alimentation dans les émissions de gaz à effet de serre

Selon un nouveau rapport de l’Institut de l’économie pour le climat (I4CE), l’alimentation à l’échelle mondiale représenterait entre 22 % et 37 % des émissions anthropiques globales. La phase de production est la plus polluante, mais le gaspillage alimentaire des consommateurs est loin d’être négligeable. D’autre part, les produits d’élevage terrestre représenteraient 63 % des émissions de la consommation alimentaire.

100 races d’animaux de ferme ont disparu en 2000 et 2014

1 458 races d’animaux d’élevages, soit 17 % d’entre elles, sont actuellement menacées d’extinction. C’est le constat de l’Organisation des Nation Unies pour l’alimentation et l’agriculture, la FAO, dans son rapport sur l’état des ressources zoogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture dans le monde publié en 2016. Elle affirme que près de 100 races d’animaux de ferme ont disparu entre 2000 et 2014.

1 % des cépages occupe 45 % des vignobles du monde

Des chercheurs de l’Inra et de l’université de Havard ont publié le 2 janvier 2018 dans la revue Nature Climate Change une étude montrant qu’à l’échelle mondiale, seulement 12 cépages, soit 1 % des 1 100 variétés de raisin de cuves cultivées, occupent environ 45 % des vignobles dans le monde. Dans certains pays comme la Chine, 75 % des surfaces sont cultivées avec un seul cépage, le Cabernet-Sauvignon.

68 % de la production d’oeufs en France est issue de l’élevage en batterie

La France occupe la première place dans la production européenne d’oeufs avec 15 milliards d’unités chaque année. Aujourd’hui, 68 % de ses poules pondeuses sont élevées dans des cages aménagées où chaque animal dispose de 750 centimètres carrés d’espace. La filière a pour ambition, d’ici 2022, qu’une poule sur deux soit élevée hors cage.

821 millions de personnes dans le monde souffrent de la faim contre plus de 2 milliards de surpoids ou d’obésité !

Depuis quatre ans, la faim dans le monde est repartie à la hausse et touchait, en 2017, 821 millions de personnes, un niveau comparable à celui de 2010. Cela signifie qu’une personne sur neuf dans le monde est en sous-alimentation. Un constat alarmant de la FAO, dans un rapport publié en septembre 2018.

La consommation de viande a fait un bond de +78 %  en 50 ans

En moyenne, en 1961, une personne consommait 23 kg de viande. En 2014, cette quantité a presque doublé, passant à 41 kg, estime une étude publiée dans la revue Science. Or, la consommation de viande devrait encore augmenter de 76 % d’ici 2050, avec une multiplication par deux de la consommation de volaille, une augmentation de 69 % de celle du boeuf et une hausse de 42 % pour le porc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *