Donner un sens à son boulot …

« On ne le dit pas assez souvent: Briller, c’est une ambition de lampadaire. La lumière, on ne la fait pas pour être vu, mais pour aider autrui à y voir clair. » Achab Bartleby

Détendez vous du slip, c’est les vacances…en moins de 3 mn chrono je vous fait un résumé de tout ce qu’il faut ( ne pas ) faire dans sa vie pro 😉

Maintenant, le vrai truc pour vraiment donner du sens…

Produire du sens au travail nécessite une cohérence forte entre l’intention (ce qu’on veut faire), le discours (ce qu’on dit) et la réalité (ce qu’on fait) comme Adrien qui a réussi la quadrature du cercle:

Donner ou trouver du sens au travail ? Oui … mais quel sens ?

C’est le nouveau mantra du management : il faut donner du sens. Les salariés veulent du sens dans leur travail. Tout le monde se range derrière cette évidence alors que chacun donne un « sens » différent à ces trois mots ! Petit tour d’horizon lexical et managérial.

Montrer une direction : où va-t-on ?

Souvent, le premier réflexe du leader, qu’il soit dirigeant d’entreprise ou décideur des affaires publiques, quand il est confronté à un problème de mobilisation, d’adhésion ou d’engagement, c’est d’abord de chercher à mieux expliquer et justifier son action. Il essaie de décrire sa vision, de partager ses convictions et de clarifier ses intentions. Il veut être cohérent, clair et pédagogue, montrer où il va, où il veut emmener son équipe et proposer des étapes ou des moyens. Bref, il montre une direction et pense ainsi avoir bien fait son travail. C’est nécessaire mais insuffisant.

Trouver une utilité collective : pourquoi et pour quoi ?

Donner ou trouver du sens au travail, c’est surtout nommer le bien commun que tous les membres d’une équipe partagent, une raison d’être, une intention, un projet ou des valeurs. Quel rôle spécifique l’entreprise veut-elle jouer ? Nul besoin d’être bâtisseur de cathédrale, aventurier magnifique ou champion extraordinaire. En revanche, savoir pourquoi et pour quoi nous sommes là ensemble chaque jour. Est-ce pour faire un bon produit, servir nos salariés, nos clients, nos parties prenantes, nos actionnaires, tout simplement pour vivre un truc ensemble ou pourquoi pas pour changer le monde ? La période récente marquée par les invitations à travailler sur la raison d’être de l’entreprise peuvent être une partie de la réponse.

L’ouvrier d’une usine automobile n’est pas porté par un niveau de rentabilité mais par la fierté de construire une belle voiture et d’expliquer à ses proches que ce losange ou ce lion, sur la calandre, c’est un peu lui. L’employé d’un groupe pharmaceutique sera plus motivé par l’utilité de son médicament que par un cours de bourse. Le banquier ne se lève pas le matin pour faire du reporting mais pour financer et servir des clients.

Montrer une utilité individuelle

Enfin, la réponse au besoin de sens ne sera complète que si chaque collaborateur, en tant d’individu, sait dire à quoi il sert, si il sait en quoi il peut contribuer lui-même à ce bien commun. Est-ce par la qualité de son travail, les bonnes relations avec ses collègues, son implication ? Peu importe. A chacun de trouver ce qui fait sens dans sa vie professionnelle et dans son travail quotidien.

Deux facteurs-clés de succès

Dans un cas, quand la vision, la stratégie, les comportements, la culture, les processus, les pratiques managériales sont alignés ou au moins cohérents, l’effet est très puissant et les bénéfices impressionnants. Dans l’autre cas, quand la raison d’être est percutée par une réalité différente, les effets sont délétères et se traduisent par des conflits de valeurs, de la démotivation, des colères.

Quelques exemples ? Quand, dans la fonction publique hospitalière, certains soignants ont le sentiment de perdre leur vocation première -le contact avec le malade- au profit de contraintes de gestion. Quand, un dirigeant demande des efforts important à ses salariés et s’octroie une augmentation de rémunération indécente. Quand un manager met l’humain au cœur de son discours et tolère dans ses équipes des cas de harcèlement ou de discrimination.

Le sens du travail a besoin d’être nourri au quotidien.

Le sens du travail se nourrit au quotidien. Chacun étant différent, le rôle de l’entreprise n’est pas tant de donner du sens que de permettre à chacun d’en trouver dans sa vie professionnelle. Il s’agit plus d’enrichir une démarche, nourrir une quête que de donner la becquée à des salariés consommateurs de sens.

Les bénéfices considérables du sens au travail

Dans toutes nos études sur la santé psychologique au travail, le sens du travail est le principal facteur de protection. Depuis les années 70, à la suite de Decy et Ryan, de nombreuses études ont été menées sur les conséquences du niveau d’auto-détermination. Il en ressort que les comportements intrinsèquement motivés (sens et plaisir) facilitent une meilleure créativité, une plus grande persévérance face à l’adversité et d’une meilleure concentration. Quand une activité professionnelle a du sens, l’efficacité des salariés est renforcée. Cela produit de la motivation, de l’engagement, de la fierté. Nourrir le sens au travail est bien le moyen le plus économique pour produire du bien-être et de l’efficacité. 

Sinon, l’emploi est un élément essentiel de nos vies. Mieux vaut trouver un poste qui, comme moi,  nous corresponde pour être totalement épanoui et ne plus « travailler plus pour gagner plus » !

Derrière chaque succès, il y a une histoire unique. Et ce succès est souvent lié à un mot: passion. En effet, vous auriez du mal à trouver une personne qui connait le succès sans avoir une passion pour ce qu’elle fait. Pour quelles autres raisons aurait-t-elle passée sa vie entière à surmonter des obstacles si ce n’est pour réaliser ses rêves ?

Le problème, c’est qu’il n’est pas toujours facile de trouver un travail excitant et passionnant. Pour vous aider à faire le point, nous avons épluché le fil de discussion Quora « Comment trouver ce que je veux vraiment faire de ma vie ? ». Nous en avons tiré les réponses les plus intéressantes.

Que vous ayez obtenu votre diplôme récemment ou que vous ayez déjà testé plusieurs carrières, ces 7 pistes de réflexion vous aideront à trouver un emploi qui fait battre votre cœur et qui vous rapproche du succès.

Pensez à ce qui vous fait perdre la notion du temps

« L’activité qui vous fait perdre la notion du temps est votre « expérience optimale »

Ce concept « d’expérience optimale » a un fondement scientifique. Le psychologue Mihály Csíkszentmihályi le définit comme l’état d’absorption complète dans une activité. Vous êtes en état d’expérience optimale lorsque vous êtes tellement concentré sur quelque chose que vous n’avez pas conscience de ce qui vous entoure, du temps qui passe ou de la faim. Le travail de vos rêves devrait vous mettre dans cet état.

Réveillez vos souvenirs d’enfance

« Rappelez-vous votre enfance. A cette période, il y a forcément une chose que vous adoriez faire. Les enfants ne font pas les choses pour impressionner quelqu’un ou gagner de l’argent. Repassez mentalement votre enfance et pensez aux choses que vous aimiez vraiment. Vous pourriez y trouver le but de votre vie », conseille Nikant Vohra.

Un consultant en entreprise suggère d’établir une liste de tout ce que vous aimiez faire dans votre enfance et de voir comment vous pourriez intégrer ces activités à votre carrière actuelle. Par exemple, si vous aimiez les puzzles, cela peut vouloir dire que vous vous épanouirez dans un poste d’ingénieur.

Faites le point sur ce que vous ne voulez pas faire

« Un moyen simple pour trouver ce que vous voulez faire, c’est de faire le point sur ce que vous ne voulez pas faire, » affirme Stan Hayward.

La partie la plus importante de cet exercice c’est de comprendre pourquoi vous ne voulez pas vous lancer dans certaines activités. Une carrière dans la finance vous rebuterait parce que vous voulez faire quelque chose de plus créatif ? Une fois que vous êtes au clair là-dessus vous pouvez limiter vos recherches aux domaines qui stimulent la créativité.

Lisez des biographies

« Lisez des biographies de personnes différentes travaillant dans des domaines différents. Voyez si les intérêts qui ont poussé ces personnes à entamer cette carrière font écho aux vôtres. Etudiez la façon dont elles ont trouvé le but de leur vie », conseille Nan Waldman.

Vous ne savez pas par quel livre commencer ? Lisez Un Busines Responsable de Yvon Chouinard (fondateur Patagonia)

Trouvez le point de rencontre entre vos forces, vos passions et les parcours professionnels existants

« Réfléchissez aux domaines regroupant les meilleurs opportunités de carrière et établissez une liste de vos plus grandes forces et de vos passions. Le point où se rejoignent opportunité et passion est probablement le meilleur départ », déclare Anne W. Zahra.

Dessinez trois cercles : celui de vos activités favorites, celui des choses pour lesquelles vous êtes doué et celui des postes offrant une rémunération raisonnable. L’intersection de ces trois cercles peut vous aider à trouver une solution à votre problème.

Demandez conseil aux bonnes personnes

« Ne demandez pas conseil à n’importe qui. Tout le monde ne dispose pas de suffisamment d’informations, de connaissances et d’expérience pour vous orienter dans la bonne direction. »conseille Anand Vaishampayan

Renseignez-vous sur les personnes qui ont réussi dans chaque parcours que vous envisagez et contactez-les. Ainsi, vous ne tomberez pas dans le piège de demander les avis de votre famille ou de vos amis, qui vous souhaitent le meilleur mais ne sont pas forcément très au courant des postes que vous convoitez.

N’ayez pas peur d’emprunter un mauvais chemin

« La crainte de l’erreur diminue votre capacité à explorer le monde », affirme Ragav Yarasi.

Le pire qui puisse vous arriver c’est de vous rendre compte que quelque chose ne vous convient pas dans cette carrière (voir conseil 4), ce qui vous rapprochera encore un peu plus du poste de vos rêves.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *