Toutes affaires cessantes…

 « La marque Heinz commercialise une quinzaine de variétés de sauces…Quinze sortes de ketchup. À cause de choses pareilles, j’ai eu envie de quitter ce monde. »  Sylvain Tesson, Dans les forets de Sibérie, nous incite également à « insulter les habitudes pour intensifier sa vie ».

Mais pourquoi diable ne nous mettons pas tous, toutes affaires cessantes, à agir contre le dérèglement climatique et l’effondrement de la biodiversité ?

👉 Parce que ces menaces ne nous font pas encore vraiment peur (pour la majorité d’entre nous) : elles ne génèrent pour l’instant que de l’anxiété.
👉 Et si l’émotion de la peur – ressentie face à un danger proche – entraîne une réponse adaptative immédiate, celle de l’anxiété, plus diffuse, nous laisse encore le « loisir » de mettre en place des mécanismes de défense (déni, évitement, déplacement du pb, projection…).

C’est l’un des nombreux messages délivrés par le psychiatre Christophe André lors d’une conférence organisée à l’ESCP par Noise et Urgence Ecologie (https://lnkd.in/gcVm8Kz).

Et devant l’urgence écologique, pas question de se mettre à méditer, précise C. André, pourtant grand pédagogue de la méditation. Il ne faut pas réguler ses émotions mais s’en servir : il est bcp + facile de passer à l’action qd on est poussé par ses émotions que simplement par notre rationnel.
👉 Bénéfices de l’action :
– être en accord avec soi-même (congruence) et mettre fin à la dissonance cognitive
– influencer / inspirer autrui
Par ailleurs, mieux vaut opter pour l’engagement collectif, qui permet de maintenir la motivation dans la durée…vous savez ce qu’il nous reste à faire 😉

NB: remarquez, en 2017 j’en parlais deja http://www.confortablement-ignorant.fr/2017/02/03/pain-sur-ta-gueule-pourquoi-finalement-on-ny-croit-pas/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *