Si la fin justifie les moyens, qu’est-ce qui justifie la… fin ?

La désobéissance civile n’est pas notre problème.

Notre problème est l’obéissance civile.

Les gens obéissent aux diktats de leurs dirigeants […] et ils oublient la pauvreté, la faim, la guerre et la cruauté.

Et pendant qu’on obéit, nos prisons sont pleines de petits voleurs alors que les vrais bandits sont à la tête du pays.

L’obéissance est notre problème.

Howard Zinn

Pour Michaël Dandrieux, il faut donc commencer par se poser ouvertement cette question: « si la fin justifie les moyens, qu’est-ce qui justifie la fin? »

Les entreprises identifient des fins, comme faire 12% de croissance en 2021, ou devenir le référent sur un secteur.

Et pour réaliser cette fin, elles mettent en place tout un tas de moyens humains et économiques.

La question est: mais qu’est-ce qui justifie la fin? Pourquoi 12% au juste? Tout cela sert à quoi?

A mon sens, la réponse relève du sens commun.

La « mission des missions », la mission qui justifie toutes les missions d’entreprises, c’est d’œuvrer à rendre le monde plus habitable.

Quand une entreprise ou une communauté deviennent inhabitables, on la quitte.

La première chose, peut-être la plus importante, est donc de se demander « qu’est-ce qui, dans mon entreprise, permet de rendre le monde plus habitable ». Dans la réponse à cette question se trouvent tous les gisements de valeurs de l’entreprise de demain.

Les entreprises font face à un enjeu nouveau: elles font face à l’urgence de devoir trouver des solutions pour le long terme. Il faut donc faire du « fast cash » pour affronter la crise, tout en s’assurant que ce qui est mis en place aujourd’hui ne portera pas atteinte à l’entreprise dans l’avenir.

Cependant, le calcul me semble assez simple. Les conditions du monde dans lequel nous vivons font apparaître de nouveaux problèmes, ce qui veut dire qu’elles proposent de nouvelles places pour l’entreprise. Beaucoup de boîtes avaient pour plus grande ambition d’apporter une amélioration infime du confort par des petits services gadgets ou des petits objets anecdotiques. Le monde leur offre aujourd’hui l’opportunité de s’illustrer en occupant des places plus essentielles. 

Or, en reconnaissant ces nouvelles places, les entreprises pourront mettre en marché des biens ou des services dont la grande valeur sera perçue à la fois par les consommateurs et par les collaborateurs. Le moment est venu de se poser cette question difficile: qu’est-ce qui, dans mon business, est vital?

Vital, cela veut dire: nécessaire au déploiement de la vie dans son ensemble. Pas seulement à la survie biologique, mais aussi à toute la partie symbolique de l’humanité: la construction de l’identité, la possibilité de célébration, la convivialité, et au déploiement de la vie dans son ensemble: système des sols, biodiversité, santé animale, équilibre des milieux… 

 

Pour lire l’excellent ITW de Michaël https://www.linkedin.com/in/mvdandrieux/:
https://www-challenges-fr.cdn.ampproject.org/c/s/www.challenges.fr/green-economie/michael-v-dandrieux-eranos-pour-les-entreprises-si-la-fin-justifie-les-moyens-qu-est-ce-qui-justifie-la-fin_742710.amp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *