Une richesse …irresponsable ?!

 J’ai le sentiment que les différences de classe sociale

ne sont pas justifiées et qu’elles ne reposent en fin de compte

que sur la violence.

Einstein

Ainsi, les 1 % les plus riches sont responsables de deux fois plus d’émissions que la moitié la plus pauvre de l’humanité.

« Il y a actuellement deux problèmes. Non seulement les sujets du climat et environnement ne représentent que 1% des sujets traités par les médias, mais en plus, ils sont très souvent mal traités. Malheureusement, cela ne s’arrête pas à ces deux sujets : c’est un festival de mensonges et de bêtises depuis le début de la Covid, période où nous aurions eu besoin d’indications claires. Nous pouvons l’affirmer sans risque : les bêtises et mensonges de certain(e)s ont tué depuis un an, et vont continuer de tuer. Il faut rapidement y mettre un terme. » plaide le vulgarisateur scientifique BonPote

De nombreuses personnes ne comprennent pas pourquoi Richard Branson et son délire de ‘Space is for all humanity’ est un scandale.

Revenons sur quelques idées reçues :

Premièrement, c’est un scandale de dire  »Space is for all humanity ».
-> Les billets ont été vendus entre 200000 et 250000$. C’est pas toute l’humanité qui va aller faire joujou 5 min dans l’espace, c’est une poigné d’ultra riches.

Ensuite, parlons CO2 : un lancement de Virgin Galactic produit >30 tonnes de CO2. Soit 15 fois le budget carbone cible pour tenir les engagements climatiques de l’Accord de Paris.

Tout ça, pour quelques minutes en apesanteur.

Concernant l’argument « ils font ce qu’ils veulent, c’est leur argent ».
Bon déjà, les milliards ont été accumulés avec le fruit de leur travail, ou celui de milliers d’autres ? Un tel niveau de richesses pendant que ses propres employés comptent leur $ chaque mois est un scandale.

Et puisque qu’il faut encore et encore le répéter, le capitalisme n’est pas compatible avec une planète soutenable. La littérature scientifique l’explique depuis des années, il serait peut-être temps de l’intégrer.

Au passage, avec cet argent, ils pourraient mettre fin à la faim dans le monde.
En ce moment même, plus d’un million de Malgaches souffrent de famine à cause du changement climatique, les appels se multiplient pour rapidement avoir des fonds = > 0 réaction ou presque de la communauté internationale.

On a donc une partie de l’humanité qui fait la fête dans l’espace, qui continuent d’émettre des GES plus que 99.99999% des terriens, et de l’autre des millions de personnes qui souffrent déjà de ces excès.
Vous ne voyez pas un petit problème ? #injusticeclimatique.

Conclusion : ces types ne sont pas des héros, mais des zéros.

Ils n’ont pas « mérité » leurs milliards, ils se permettent d’avoir une empreinte carbone parfois 2000x supérieure à ce qu’il faut, et la presse ferait bien de couvrir d’autres sujets, bien plus urgents (comme le record de température mondiale battu et enregistré dans la Vallée de la mort aux Etats-Unis..).

https://www.instagram.com/tv/CRGEoEPo7TO/?utm_medium=share_sheet

 

Cerise sur le gateau, Les États-Unis confirment chaque jour qu’ils sont le pays du tiers monde le plus riche de la planète…

Ainsi, sans partage, la création de richesses n’est que ruine du pays.

« Si, dans les années 1960, ils avaient encore l’espérance de vie la plus élevée au monde – supérieure de 2,4 années à la moyenne des pays de l’OCDE – en 2019, l’OMS estimait que les Etats-Unis étaient tombés à la 41ème ou 42ème position mondiale. 

Les citoyens américains peuvent désormais s’attendre à vivre à peu près aussi longtemps que les Péruviens ou les Thaïlandais.

Ils sont ceux qui vivent le moins longtemps parmi les démocraties dites à hauts revenus.

Cette mauvaise performance est d’autant plus remarquable que les dépenses de santé par américain et en pourcentage de leur richesse nationale sont un record mondial absolu ».

https://usbeketrica.com/fr/article/us-declassement-social-esperance-de-vie

Dire que le mode de vie des plus riches pose un grave problème pour le climat, ce n’est pas vouloir « monter les gens les uns contre les autres ».

C’est décrire une réalité objective à laquelle il va falloir s’attaquer.

Tout d’abord, je laisse à chacun le soin de choisir ce que désigne le mot « riche ». Mais c’est un continuum : en moyenne, en France comme ailleurs, plus on est riche, et plus on pollue.

La raison est simple : l’argent permet de consommer davantage, et la consommation repose largement sur les énergies fossiles.

Outre les jets privés et les yachts, les plus aisés prennent, par exemple, beaucoup plus l’avion que les autres. 1% de la population mondiale est responsable de 50% des émissions de l’aviation.

Les plus riches possèdent également un patrimoine en actions, encore largement investies dans les énergies fossiles; leur argent sert donc aussi à financer des projets de gaz, pétrole ou charbon.

Oxfam France a calculé que le patrimoine de 63 milliardaires français émettait autant que celui de la moitié de la population.

La contribution des plus aisés à l’aggravation de la crise climatique est colossale. A l’échelle mondiale, à eux seuls, les 10% des plus riches émettent quatre fois plus de CO2 que la moitié (50%) la plus pauvre de l’humanité, selon le Laboratoire mondiale des inégalités.

Le top 1% est responsable de 17% du total.

Si l’on veut atteindre l’équilibre climatique et cesser d’aggraver la crise, chaque humain devra émettre moins de 2 tonnes de CO2 par an, contre 5 en moyenne aujourd’hui sur Terre. A titre de comparaison :

Moyenne française : 10 tonnes
10% les plus riches en 🇫🇷 : 25 tonnes
0,01% mondial : 2332 tonnes

Encore plus marquant : une étude de 2020 montre que certains propriétaires de jets privés émettent jusqu’à 7 500 tonnes de CO2 par an; soit l’équivalent de 750 Français, et 3 750 fois plus que les deux tonnes que nous visons.

Quand on choisit de laisser les plus riches continuer certains excès de pur confort ou d’apparat, cela veut dire, soit :

👉 qu’on accepte délibérément d’aggraver la crise climatique

👉 que les plus pauvres devront émettre encore moins que deux tonnes par an. Bonne chance.

Travail en extérieur, logements mal isolés, agriculture vivrière… Puisqu’ils consomment et émettent moins de CO2, les plus pauvres sont les moins responsables de la crise climatique, et pourtant, ce sont ceux qui en pâtiront le plus.

A l’heure où l’exécutif demande à tout le monde des « efforts citoyens », il paraît aberrant à une large part de la population qu’on lui demande de baisse le chauffage quand certains peuvent prendre un avion privé pour un trajet de 400km entre Paris et Nantes.

Selon un baromètre de l’Ademe, deux tiers des Français accepteraient de changer substantiellement leurs modes de vie, seulement si les efforts sont partagés de manière juste et équitable dans la société.

La transition écologique ne pourra pas se faire sans justice sociale.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *